Un rêve incertain

Au début du court-métrage « 47 ans après », Youssef Chahine, incarné par l’acteur Karim Kassem, se met en scène lors de la projection de l’un de ses films au festival de Cannes en 1953. Une question se pose : son rêve va-t-il voir le jour ? La critique assez négative dans les journaux, commentée par la partenaire de Youssef, aura-t-elle raison ? Ce moment d’attente est filmé en très gros plan, et est partagé par le spectateur, puisque la caméra s’attarde. L’orchestre, constitué d’instruments à cordes, renforce ce sentiment de dénouement incertain. Quoi qu’il puisse se passer, le réalisateur nous montre à travers ce court-métrage, qu’il faut aller jusqu’au bout de ses rêves.

Adorine Ntemo