Amour entre prince et princesse

Le film Peau d’âne a été réalisé en 1970 par Jacques Demy en France. Ce film nous raconte l’histoire d’une jeune princesse qui perd sa mère, mais cette dernière, à sa mort, demande à son époux de se remarier avec une femme plus belle qu’elle. Le père de Peau d’âne décide donc d’épouser sa fille, mais celle-ci refuse et s’enfuit.
Ce film est assez surprenant car il modifie nettement la morale du conte de Perrault : la fée des Lilas qui est la marraine de Peau d’âne, demande à cette dernière de faire des caprices pour retarder le mariage, par exemple.
L’histoire est très agréable pour ceux qui aime les comédies sentimentales car elle raconte l’amour entre le prince et Peau d’âne. Certaines scènes particulièrement romantiques m’ont plu, comme le moment où le prince fait tout pour revoir Peau d’âne. Par ailleurs, le suspens du film nous fait nous intéresser au destin de Peau d’âne, dont on se demande si elle trouvera l’amour malgré son déguisement affreux. Enfin, tous les éléments du conte sont bien là puisque le cinéma se met au service du merveilleux comme, par exemple, lorsque Peau d’âne dicte les ingrédients à une autre Peau d’âne.
Dans Peau d’Ane, les couleurs ont un rôle symbolique fort, ce qui fait de ce film un conte : chaque royaume a ses coloris, au royaume de Peau d’âne, tout est bleu, tout est rouge chez le prince. Les robes de Peau d’âne, quant à elles, ont des couleurs imaginaires, couleur de lune, de soleil ou du temps, pour rendre plus difficile encore l’épreuve subie par le père de Peau d’âne…
Ainsi, ce film m’a beaucoup plu car il est à la fois romantique et magique, et parce que la morale me paraît belle : symboliquement, le prince a su, contrairement aux autres, voir au-delà des apparences.