Le chant de la pluie

Chantons sous la pluie, dont le titre original est Singin’ in the Rain, est une comédie musicale américaine sortie le 1er janvier 1952, réalisée par Stanley Donen. En 1927, au Monumental Pictures, Don Loockwood et sa partenaire Lina Lamont sont des stars du cinéma muet. Ils assistent à la première de leur film et leurs fans leur font un accueil triomphal, mais le film suivant est un véritable désastre… Comment vont-ils réussir à regagner leur public ?
Ce film nous parle donc de l’époque où le cinéma muet ne fait plus recette et où on essaye pour la première fois de produire des films parlants. Le défi, dans Chantons sous la pluie, est de faire un film parlant malgré la voix de crécelle de Lina et les déficiences techniques. L’équipe du film est sauvée par une jeune actrice inconnue qui symbolise à elle seule le cinéma moderne : Kathy devient la voix de Lina, puis elle devient une actrice à part entière. Le décor est volontairement peu réaliste par moments pour nous montrer les débuts du cinéma.
Les acteurs font preuve d’humour : leurs blagues parfois faciles sont légères. Ainsi, Cosmo fait le clown. J’ai eu l’impression qu’il se forçait et je n’ai pas toujours trouvé cela amusant.
Ce film n’est pas seulement l’occasion d’écouter des chansons ou de s’amuser en regardant les acteurs faire des plaisanteries : il parle aussi d’amour, de gloire, de joie, de défaite et de difficulté pour devenir la personne qu’on veut être. Don, par exemple, a mis du temps pour devenir une star alors que personne ne croyait en lui, mais il a tout de même réussi à faire ce qu’il voulait.